Une stratégie locale pour Biscarrosse

Une stratégie locale pour Biscarrosse
Dans la cadre des Lois MAPTAM et NOTRe sur la décentralisation (2014 & 2015), de nouvelles obligations ont été transférées aux intercommunalités (métropoles, communautés urbaines, communautés d’agglomération, communautés de communes).

Décentralisation et échelles adaptées

Depuis le 1er janvier 2018, c’est le cas de la GEMAPI (Gestion des milieux aquatiques & prévention des inondations), compétence acquise par la Communauté de Communes des Grands Lacs (CCGL).

Parmi les actions entreprises par les intercommunalités dans le cadre de la GEMAPI figure la défense contre les inondations et contre la mer (article L.211-7 du code de l’environnement).

Carte1-revueCCGL

La Stratégie Locale de Gestion de la Bande Côtière de Biscarrosse (SLGBC) a été présentée en octobre 2018 à la commission d’évaluation du GIP Littoral Aquitain. Elle s’appuie sur l’étude d’accompagnement réalisée, sous la Maitrise d’Ouvrage de la ville de Biscarrosse, par le consortium Artelia, INterLand et O. Lozachmeur (juriste), d’avril 2016 à juillet 2018. C’est dans ce cadre que la CCGL pilote la Stratégie Locale de Gestion de la Bande Côtière (SLGBC) de Biscarrosse, avec l’appui du GIP Littoral Aquitain, qui anime depuis 2012 la stratégie régionale de gestion du risque d’érosion côtière. Le littoral de l’ancienne région aquitaine voit ainsi un ensemble de stratégies locales à l’échelle des cellules sédimentaires correspondantes.

Le choix de la lutte active souple

La stratégie locale de Biscarrosse se décline en sept axes qui donneront lieu à 13 actions. L’Axe n° 7 « gestion des ouvrages de protection de lutte active dure contre l’érosion » n’a pas été retenu dans la stratégie de Biscarrosse, adoptée en Comité de pilotage en 2017. Les axes du plan d’actions :

  • Axe 1 : poursuite de la connaissance de l’aléa érosion et de la conscience du risque (avec un chapitre « communication & culture du risque »), information auprès du public (panneaux, brochures, conférences-débat, journal communautaire…)
  • Axe 2 : surveillance et prévision de l’érosion.
  • Axe 3 : Alerte et gestion du risque
  • Axe 4 : Prévention. Prise en compte du risque érosion dans l’urbanisme (mise en cohérence du PLU avec la stratégie…)
  • Axe 5 : Actions de réduction de la vulnérabilité des biens & des personnes (étude de relocalisation, sous Maîtrise d’Ouvrage du GIP Littoral Aquitain)
  • Axe 6 : Actions d’accompagnement des processus naturels ou de lutte active souple contre l’érosion
  • Axe 8 & transversal : Portage, animation et coordination de la stratégie locale.