Accueil / Environnement / Espèces invasives


mer 15 août 2018
Initialisation
réduire la taille du texte
réduire la taille du texte
accessibilite
augmenter la taille du texte
réduire la taille du texte
plan du site
RSS
motscles
Favoris et partage

Espèces invasives

Espèces invasives

Avec le soutien du syndicat mixte Géolandes, un bilan de l'évolution de la colonisation de chaque espèce invasive à l'échelle des plans d'eau a été réalisé.

Diagnostic cartographique

Ce diagnostic est complété par un suivi des espèces endémiques remarquables et protégées. Il s'agit de déterminer une corrélation entre leurs niches écologiques et celles des espèces envahissantes. L'ensemble de ces données doit permettre d'établir un protocole d'actions pour contenir ou faire régresser l'expansion de ces E.E.E.V. (Espèces Exotiques Envahissantes Végétales).

La gestion des ports ne fait pas partie des domaines de compétence des communes. Pour autant, la Communauté de Communes des Grands Lacs s'est engagée dans une démarche d'assistance technique pour faire face aux inquiétudes résultant de la prolifération des plantes aquatiques dans ces milieux. Plusieurs techniques ont été proposées par la Communauté de Communes et mises en œuvre par les communes :

  • OpĂ©ration de dragage du port Ă  Gastes
  • Recouvrement des plantes par des filets occultants Ă  Sainte-Eulalie-en-Born.

Quelques années seront désormais nécessaires pour évaluer l'efficacité de ces méthodes.

En attendant, des opérations de faucardage mécanique et d'arrachage mécanique et manuel continuent à être réalisés, selon les besoins des communes. L'association ACGELB, agréée pour la protection de l'environnement, participe chaque année à l'entretien des espaces lacustres.

 

Vous avez dit... Plantes invasives ?

cd8db38cd3_jussie_poil0do-Flickr_by_sa_20

La Jussie

Elle produit de longues tiges qui se développent rapidement horizontalement dans l'eau ou sur l'eau. Des racines spongieuses se développent sur les tiges immergées. La floraison, longue, débute en été. Ses grandes fleurs (5 cm de diamètre) sont d’une couleur jaune très lumineux. Ses racines peuvent s’enfoncer jusqu’à 3 mètres dans le sol. Elle doubler sa masse toutes les 2 semaines si les conditions sont bonnes et forme des herbiers très denses, inextricables, qui éliminent les autres plantes, notamment la myriophylle servant d'abri à la faune et d'aliment de base aux poissons.

Les consĂ©quences du dĂ©veloppement de la Jussie sont considĂ©rables :

  • Ralentissement de l’écoulement de l’eau, comblement sĂ©dimentaire et envasement des milieux. Cela entraĂ®ne une perturbation de la navigation, de l’irrigation, de la pĂŞche
  • Aucune limite Ă  sa croissance (absence de prĂ©dateurs ou de parasites)
  • DĂ©sĂ©quilibre de l’écosystème.

Il est fortement recommandĂ© de ne pas utiliser la Jussie comme plante ornementale en raison des risques de prolifĂ©ration et de propagation incontrĂ´lĂ©e. En effet, la Jussie est capable de se multiplier facilement par bouturage naturel : il suffit d’une petite partie de rhizome pour que la plante survive. Par ailleurs, il semble que les animaux herbivores dĂ©daignent cette plante.

Le Lagarosiphon

Lagarosiphon-major-closeup-

Le Lagarosiphon, originaire d’Afrique du Sud, a été importé en Europe et partout dans le monde pour ses qualités ornementales en aquariophilie. Il s’est par la suite échappé et a été observé pour la première fois en milieu naturel dès la fin des années 1930 dans le bassin parisien, puis a colonisé par la suite de nombreux plans d’eau du territoire français. Il est ainsi aujourd’hui très largement répandu sur le littoral aquitain

La Lagarosiphon est une plante aquatique immergée et enracinée. Il possède des rhizomes et ses tiges peuvent atteindre trois mètres de longueur. Il présente des feuilles caulinaires à marge dentée, longues de 1 à 2 cm, fortement arquées vers l’arrière et insérées en spirale sur la tige.

Il s’implante préférentiellement au sein des eaux stagnantes ou à faible courant pourvues d’un substrat vaseux riche en nutriments. Il n’est pas particulièrement exigent quant à l’accès à la lumière et peut persister même en eau trouble.

Le développement rapide de la plante va conduire à la formation d’herbiers monospécifiques denses qui vont concurrencer la flore aquatique locale. Ainsi, en monopolisant les ressources lumineuses, spatiales et trophiques, le Lagarosiphon élevé peut engendrer une diminution de la biodiversité à l’échelle du plan d’eau colonisé.

Myriophylle

La myriophylle du Brésil

Originaire d'Amérique, elle présente des tiges pouvant atteindre 3 mètres. Les feuilles aux linéaires très fines sont verticillées par quatre. cette espèce semble se plaire davantage dans les secteurs vaseux des plans d'eau, mais peut aussi coloniser les secteurs à faible courant des cours d'eau, et les crastes.

Egeria densa

L'égéria densa

Comme le Lagarosiphon, cette espèce s'ancre dans le fond des plans d'eau et reste submergée. Elle est caractérisée par des tiges pouvant atteindre jusqu'à 3 mètres de longueur. L'égéria densa a remplacé en grande partie le Lagarosiphon Major dans le Lac Sud

Plan du site

La CCGL

Économie

AĂ©rodrome

Cadre de vie

Tourisme

Environnement